A ready-tell in Tania's head

Critique

a decouvrir

Restage Replay Reload

autres textes publies dans TINA

Cqabpm,p

L'hôtesse



Lorsque les morts ont plus de volume que les vivants, la tentation est forte de vouloir devenir une survivante. A travers le chaos et le carnage au 78e étage ce matin-là, elle tente d'échapper à son histoire pour rejoindre la grande.

Son nom est Tania Head. Ce qu'elle a vu, elle ne l'oubliera jamais : la mort, la destruction mais aussi l'espoir. Elle dit qu'elle a survécu aux attaques du World Trade Center. Elle dit qu'un homme l'a sauvée in extremis des flammes et que sans lui, elle serait certainement morte. C'est une survivante. C'est un homme héroïque. C'est l'Histoire de l'Amérique. Elle dit aussi qu'un homme mourant prit sa main et lui confia une alliance gravée, qu'elle donnera par la suite à sa veuve. Elle dit beaucoup de choses Mademoiselle Head. "Mademoiselle", car justement la scène se passe avant son mariage. Une union qui n'aura jamais lieu, puisque l'amour de sa vie, Dave, meurt ce même matin dans la tour nord. Tania, elle, eut la force de se battre, car elle ne cessait de penser a son immaculée robe de mariée. C'est une histoire d'amour, de mort, et de bravoure. Une tragique histoire qui se passe en Amérique. Tania Head devenue présidente du réseau des survivants de la catastrophe prêche la bonne parole lors de visites commémoratives en l'honneur des victimes. Personne à ce moment ne semble remarquer qu'elle est grosse et moche. On ne s'en rendra compte véritablement que par la suite. Car l'histoire de Tania c'est aussi, et peut-être même surtout, celle d'une chute. Celle de l'Amérique.

Et c'est ainsi que par l'inexorable force du destin et de la pesanteur, la véracité des dires de Tania, redoublant l'effondrement des tours, vacille. Fabulatrice! entend-on ici et là. La famille de Dave n'a jamais entendu parlé de Tania. Chez Merrill Lynch & Company, où elle disait travailler au moment des faits, aucune trace de son passage dans l'entreprise. Les éléments ne concordant pas. Tania est destituée de ses fonctions de présidente du World Trade Center Survivors Network. Certains glosent déjà sur son état psychique : tour a tour fragile, instable, en mal de reconnaissance, en manque d'amour, menteuse décidément trop grosse et trop moche pour avoir le droit de revêtir l'étoffe des héros. La citoyenne espagnole, de son véritable nom Alicia Esteve Head, fille d'un diplomate emprisonné à la suite d'un scandale financier d'importance en 1992, hérite bientôt de toutes les tares. Et si Tania était plutôt un signe révélateur qui l'aurait destinée de facto à la vindicte publique ? Une bouc-émettrice. Tania, la mythomane, au sens littéral du terme — qui a la manie de produire du mythe — pourrait-elle par extension être considérée comme un personnage historique ?

"Je n'ai rien fait d'illégal", dit-elle.

Non, rien d'illégal. Et peut-être même bien au contraire. Le mythe crée sa propre loi. L'histoire de Tania est la parfaite histoire a raconter, manufacturée, prête-à-écouter, prête-à-pleurer, prête-à-divulguer. Inventée, mais certainement pas de toute pièce, tapie dans l'inconscient collectif, elle échappe aux questions dont s'alimente le Réel. Fausse selon un certain angle : Tania était-elle physiquement dans les tours ? Rien n'est moins sûr. Vraie selon un autre point de vue : nous avons tous été dans les tours le 11 septembre 2001. Tania n'est qu'une de ces innombrables petites mains, une ouvrière qui assemble les pièces de l'histoire pour tordre le cou au Réel. Car à l'autre bout de la chaîne de gestion des trop belles histoires pour être vraies, et ce au même instant où Tania amorce sa chute Inéluctable, Philip D. Zelikow le Directeur exécutif de la Commission d'enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 , se réfère à l'historien William McNeill. Qu'elle soit désormais World ou Big, l'Histoire avec un grand H, narrativise. Pour affleurer la Vérité historique, un seul mot d'ordre : prendre soin des mythes, les réparer au besoin, en désagréger d'autres, pour laisser place à ce que McNeill appelle Mythistory.1 Zelikow, historien de formation, réutilise le concept de mythe public, développé par McNeill en oblitérant la notion de mensonge, corollaire dans l'inconscient collectif à celle du mythe. C'est ce qu'il appelle la présomption publique.2 Une formidable boîte à outils de cohésion sociale à l'usage des politiques, bourrée de bons sentiments, particulièrement nécessaire au moment de l'effondrement du symbole maitre de la mythologie américaine.

Tania, poupée ventriloque de la guerre mythologique dont nous sommes les figures historiques, contemple, tombés à terre, les restes d'un cadre brisé. La mort de l'objet (architectural) est annoncée. Le temps de sa Rédemption est venu et avec lui son cortège de ready-tells que nous croirons avoir vécus. Sans aucun doute, se méfier des histoires que l'on semble re-connaître. Se méfier des histoires ou l'indignation constitue le premier réflexe de la pensée. Se detour(n)er de la compassion. Trouer l'image. S'extraire du mythe. Broder mythique comme les conspirationnistes pour provoquer l'overdose ? Ou peut-être, au lieu de cela et de façon plus efficace casser du mythe. Sur l'échelle du Temps, la gamme des possibles malversations salvatrices sont aujourd'hui infinies. Quoi qu'il en soit traquer sans relâche le mode mythique et sa façon Bien vs Mal de penser, pour de nouveau percevoir les subtils dégrades de pensées sur un mode sensoriel.3





1 Mythistory and other essays, Willlam H. McNeill, The University or Chicago Press. 1986 "Unalterable and eternal Truth remains like the Kingdom or Heaven, an eschatological hope. Mythistory is what we actually have - a useful instrument for piloting humans groups in their encounters with one another and with their natural environnement." p22

2 Thinking About Political History, Philip Zelikow, Conference at the Miller Center. 15 October 1998. "This Idea of public presumption is akin to William McNeil's notion of public myth but without the negative implication sometimes invoked by the word "myth". Such presomptions are beliefs thought to be true (although not necessarily known to be true with certainty), and shared in common withing the relevant political community. The sources for such presumptions are both personal (from direct experience) and vicarious (from books, movies, and myths)."

3 The Psychology of War : Comprehending its Mystic and its Madness, Lawrence Leshan. Helios Press. 2002
"The way that people perceive reality in the period typically preceding the outbreak of war is very attractive in itself, as we wil see. I wll call this sort of penception the mythic mode as opposed to the sensory mode of perception we ordinaly use." p31
"These two realities - mythic and sensory - are structurally different, and this difference leads inexorably to differences in thoughts and behaviors. In the mythic reality that characterizes a society at war these differences result in a world where everythlng Is black or white and there are no shades of gray." p38


Note :
A ready-tell in Tania's head - Broken ready-made, 2007 est à l'origine une oeuvre de Sandy Amerlo où elle reprend le concept de ready-made lnventé par Duchamp pour créer ce qu'elle appelle un ready-tell à savoir une histoire manufacturée, promue au rang d'objet artistique.


autres critiques publiees

La logistique de nos utopies

Ultralab warriors

La sorcellerie capitaliste

partage

Facebook